samedi 19 février 2011

The Joys of Writing

 Chers tous,

Not blogging in French today. Let’s see if I can do this again. Writing. In English. Not too badly.

I am actually having a not so great week at work and I am trying to take my mind off of it. My favorite American reminded me last night of the joys of writing, of how it can be a simple way to make one self feel better. And as always, he is right!

He writes a lot himself, that’s part of what he does, and that’s actually how we met (so clearly, the joys of joys of writing!). Almost everyday I hear him say “I’m gonna do some writing”, and I am reminded that I absolutely love to write! So counting on the fact that maybe I’m not terrible at it, I started this blog. In French, and now in English, pour le plaisir du plus grand nombre: )

As far as I can remember, writing has felt pretty natural to me. When I was a kid in France—I  don’t how it works in American schools these days with computers and all that—I was always excited when, from time to time, we would have a couple of hours of class blocked for “Rédaction”. The teacher would give us a subject, or the beginning of a story we’d had to finish, we would took out our best “plumme”, and voilà! Literally, we had fountain pens. Growing up I never touched a pencil outside of a geometry, drawing, or geography class, and so I always feel surprised when I see an American co-worker of mine taking notes with a pencil at a staff meeting. Hence two very important elements of the ritual of writing in a French class (in the 1990s at least!): the cahier de brouillon and the effaceur. The first one is to write down ideas as they come, and maybe an outline, or a first draft, always in ink! And the second tool is kind of magic when you think about it. You would pull it out if you had made a mistake in the process of carefully writing your final draft on the good paper (copie double perforée, as we call it) and it would allow you to erase the ink, and rewrite over it! Fabulous right?

I also had pen pals as far as the mountains of France, and even Russia. And diaries. My first one was a very nice notebook with a hard cover illustration of a cat that I got when I was 10, and still in my cat phase. (Then dogs eventually took over.) My notebooks started piling up and my written diary actually became a video diary when I reached my high school years and I had so so so so so much crucial things that I wanted to remember from those speed of light moments. I didn’t actually have the time to write as much as I needed anymore so, yep, I started to film myself (one day I will be happy to have those tapes I’m sure!)

After high school, I moved to Paris where I started “preparation school” (classes préparatoires). It’s hard to explain what it is because it’s definitely one those vestiges of French exceptionalism, an old tradition of the intellectual elite. I didn’t want to go at first, but then I decided not to take it too seriously. What I mean by that is not making myself over-worry about it, which can happen… on the first day of going back to school, our class was informed that we would be pushed to our limits and that we should be supportive with each other since they had had a student commit suicide the previous year. Yeah, welcome to prépaPrépa is basically a two year program, very intensive. You have no time for anything else than going to class, taking all of the written and oral tests, and studying some more when you get home, 6 days a week (Sunday is the only day when you can sleep later than 7 am). It’s supposed to be a rite of passage, and the most direct entry way into the best schools in France. I only did one year and achieved what I wanted to achieve next. But let me tell you, that one year was mind-blowing, actually no, let me rephrase, brain-blowing. (Some masochists sometimes do 3 years of préra, it gets addictive I think, as a military style cocoon between high school and college life). I learned so much and some of the professors really influenced my way of thinking about subjects that I have been really interested in ever since: history, sociology, American studies (although I can’t really give them credit for that, as I already had been bitten by the US love bug when I was 15).

Other than simply “surviving” that very challenging program, there is one thing that really stands out in my memories of prépa: six hours long dissertations, in class. Yes, for some subjects (like my favorite, French history), we would be given a one sentence question and six hours to write an intelligent, well-argumented, well-constructed, and well-illustrated dissertation. I mentioned the French thing about no pencils before, well I just realize now why we had so little use for them, we never did multiple choice tests! Instead, we had to write, write, write. A six hours long test with no interruption (only for bathroom breaks, and they brought us food when noon would come) sounds hard I know, and it was, but it was also totally exhilarating. Most people stayed for the duration of the whole thing because we had absorbed so much in class and mandatory readings that we had a lot to say! For one hour to one hour and a half, we were “forbidden” to redact. We had to think really hard about the subject, gather ideas, and build an outline. Then finally, we would write: four hours of scribbling, and this goes without saying, in ink! One dissertation topic that I remember as clear as day was “World War I and the French Third Republic: apogée ou rupture?” (Google Translate suggests “peak or break”, it doesn’t sound as inspiring in English I must say!) Christmas break 2002 never felt so good, because I can say I truly knew the meaning of a break then!

A few years later, after college in France and in the US, and countless papers on countless subjects, I was confronted with the biggest writing assignment of my life so far: a 80 pages long thesis for my French history “seminar” in order to validate my first year of masters (which, by the way, means longer than 80 “American” pages, since the spacing was 1.5 and not 2.0, like most US colleges require). I was scared by the task, but excited by my chosen subject. And that’s when I discovered that I liked writing my thesis. The fact that it was a real pleasure surely has something to do with the support and encouragements from my parents. I was staying at their house that summer, a real haven for any wannabe writer, with the old dog and the fire place and the garden table and the walks along the sea!

Now that I am not a student anymore, I am a bit nostalgic for that time of my life when everything was so structured, while I was still my “own boss”. And I was so productive! With weeks of research and readings already under my belt, and after assembling all my notes and quotations into a very detailed outline, I was ready to write. I started from the top (Première Partie, I, A, 1, a) and three weeks later, I hit the bottom (the bottom of a very long Word Doc to be precise!) I could see the page count go up every day. I had a good “rythme de croisière” because I had defined a routine schedule that worked for me. I even took up running, even though I used to despise it with passion (remember gym classes in middle school?). So clearly, writing is good for the body and soul! My days would go as follow: after breakfast with Télérama, jogging with Snoopy, and checking with no shame, I would get started, write a few pages, have a long lunch break with my parents and café, write a few more pages, and enjoy my evenings off, usually watching a movie. I wouldn’t do that every day for the rest of my life but it was… so good. Monastic, pleasurable, rewarding. For my second, 100 pages long (yes!) thesis, I was staying in Paris, but I stuck to my self-imposed discipline. I had much more friends around, so sometimes I had to say no. A temporary sacrifice that paid off since I finished when I needed to and managed to impress my advisor with my efficiency: she told me I was her first student to turn the work in, before the deadline. Everybody was pretty happy about the result, but thinking back now I realize that, as my favorite American likes to say, it was about the journey, not the destination.

As with any good dissertation, I will now have a few words of conclusion and say that writing did not improve my typing skills, hélas, (and here I will have to incriminate the French education system for once), but like Winifred Gallagher I believe it increased your general sense of focus and happiness. Writing is cool, dude, I highly recommend it.

Rétrospective: "The Joys of Writing": 
Sunset Blvd. (Billy Wilder, 1950)
Misery (Rob Reiner, 1990)
Barton Fink (Joel Coen, 1991)
The Player (Robert Altman, 1992)
Adaptation. (Spike Jonze, 2002)
The Hours (Stephen Daldry, 2002)
Capote (Bennett Miller, 2005)
The Ghost Writer (Roman Polanski, 2010)

vendredi 11 février 2011

The Netflix Curator

                                                                 Dennis Hopper on the set of Easy Rider (1969)

Chers tous,

Today I am switching to my second language, hello English!, because I want to talk about something that has become very mainstream in the US, but that is still only available in the US... Netflix! (As for my French friends that might feel left out, have you ever tried Cinesnap?). Also, the good thing about writing in English is that my favorite American is finally going to be able to read one of my blog posts without using Google Translate and me repeating obsessively "But it is impooooossible to produce a good translation that way!". (It took me long enough to master the subtleties of American-English to now be told by the Huffington Post that I could have waited for a Google iPhone app all along! Plus my Mom has done a lot of professional translating over the course of her career, I have to defend her honor and say it is a real human job !). 

So... to get back to Netflix! As most of you already know, it is a very successful American company that offers you, for a shockingly modest price, to receive film and television DVDs in your mailbox in an unlimited turnover, or to watch "instantly" on your computer, (or even on your TV, with a special plug), movies and series from a huge catalog available for streaming online. Of course, I still love going to see films on the big screen (especially with my favorite American), but Netflix is really convenient! That being said, I have to voice a serious complaint here:) The classification that the Netflix people came up with to help their users browse is very "insufficient" (and here, I have to give credit where it's due, I just used Google translate to confirm the translation of "insuffisant")! Here are the main categories on Netflix:

New to Watch Instantly
New Releases 
Critics' Picks
Award Winners
Netflix Top 100

Action & Adventure
Anime & Animation
Children & Family
Faith & Spirituality
Gay & Lesbian
Music & Musicals
Sci-Fi & Fantasy
Special Interest
Sports & Fitness

If you add the subcategories, (check it out here), fair enough, it looks like you have plenty of options to start with. But there are thousands and thousands and thousands of film and TV works available on Netflix. It's true that the website tries to organize the movies so that when you pick one, they suggest similar ones for you. I find this useful but very limited, the same films keep showing up over and over again. Also, if you take up the time to rank what you've seen, or to taste your preferences, Netflix will come up with "suggestions for you". Those suggestions are based on somewhat arbitrary computer mix-and-matches of styles, genres, eras, moods etc. and the results are weirdly labeled, or rather, they make you look like a weird person. For instance, my Netflix account currently suggests for me to watch more "Violent Prison Thrillers" or "Critically-acclaimed Dark Movies about Marriage"! Another interesting feature, but more so for a sociologist than for a film buff, is to be able to see what people who live in the same zip code as you are watching!

In any case, even if you've become a master in the art of tweaking your Netflix suggestions, I believe that the browsing options could be improved. It seems to me that they were designed as if Netflix were a giant rental video store. Which it is, but by focusing too much on this marketing approach, the creators of the website forgot about a very important and enthusiastic fringe of users: the cinephiles! I am definitely one of them, and I keep running into instances where I just can't find what I am looking for in a easy way on Netflix. I realize that it's hard to cover all the angles that the subscribers would want to see covered, and that the definition of "genre" is very elusive (I even had a film class dedicated only to the exploration of what a film genre might be!).

So, in order to cover the "cracks" that I regularly find on my Netflix, I wanted to post on this blog a  list that I have in mind. (You can also make queues and lists on the DVD rental website, but only your "friends" can see them, and the friends interface is not so easy to navigate...). Let's take the example of one of my favorite periods in American cinema, the 1970s, also known as The New Hollywood. Well, you can't find it on Netflix! But if you scroll further down on this page, you will see that I have assembled a new Netflix category! I actually cheated a little bit and only included films that I have seen myself, but I didn't lie when I said I was a cinephile, and the following list should give you a good starting point to explore The New Hollywood cinema. The films are listed by year. And the "magic" trick is that, if you click on a title, you will be redirected to the Netflix page for this film! If the title has a star* attached, it means that, as of today, the film is available on Instant Play (but that comes with an expiration date).

I should mention that in order to come up with this list, I used various sources, including the good old... I also strongly recommend this book, by Peter Biskind, that has actually been made into a documentary (Easy Riders, Raging Bulls [2003]) that you can find on Netflix. Like him, I used those two films as a starting and as an ending point of reference. Full circle!



dimanche 6 février 2011

Comment trouver un appartement à New York? Dos and Don'ts... Chapitre 3

Chers tous,

Je vais devoir ENCORE déménager. Bientôt. Dans quelques mois, pour être précise. Oui je sais, cela me laisse du temps, mais trouver une colocation à New York est un nightmare et l'angoisse commence déjà à monter.

Permettez-moi donc ici de faire un petit détour par le passé afin de publier un Guide Pratique de la Colocation à New York (le GPCNY!)"  

Chapitre 1: Je cherche, donc je suis. (A lire ici)

Chapitre 2: Clash culture. (A lire ici)

Chapitre 3: Sleeping with the Enemy (enfin pas dans la même chambre)

[Flashback début 2010]
"Je déménage à nouveau... Et bien oui, car ma colocataire du East Village, AA, s’avère être une personne mauvaise et dérangée cachée dans un corps de poupée chinoise. La situation s’est dégradée progressivement depuis le mois de février et je suis toujours légèrement traumatisée par ce qu’elle m’a fait subir ! C’est pourquoi je vous fais un « petit » compte-rendu, histoire de pouvoir tourner la page en Anglais, et maintenant en Français. Teaser : pour ceux d’entre vous qui n’ont pas vu ce film génial, Single White Female, AA n’est peut-être pas une psychopathe qui a tué mon boyfriend à coups de talons-aiguilles, mais je vous peux vous affirmer qu’elle a de sérieux problèmes psychologiques!

Au début, je n’ai rien vu de spécial, ma colocataire était amicale. Quand j’ai emménagé, je pressentais qu’elle ne serait pas ma nouvelle meilleure amie, mais le courant passait entre nous et, surtout, j’aimais mon espace de vie. Quand j’ai commencé la cohabitation avec AA, le plus gros défaut que je lui trouvais c’était de passer presqu’une heure, montre en main, dans la salle de bain, quotidiennement (même quand elle ne prévoyait pas de sortir de l’appartement de la journée… un mystère que je n’ai jamais résolu) ! J’appréciais d’avoir une présence quand je rentrais chez moi et on fait a quelques sorties ensemble, toujours un bon signe quand on espère faire de sa colocataire à défaut d'une amie, au moins une copine… Donc ça roulait, jusqu’à ce qu’AA ait le cœur brisé par un mec trouvé sur un site internet de rencontres, et que je fasse tout mon possible pour la réconforter ! C’est confus ? Moi non plus je ne comprends pas comment on en est arrivé à tant d’AAnimosité, mais je vais essayer de vous expliquer…

Quand elle s’est faite larguée par son copain tout neuf (à peine quelques semaines au compteur), AA s’est transformée en créature larmoyante affalée sur le canapé du salon n’allant plus à ses cours de Master. Que faire dans cette situation ? Fermer ma porte ou lui apporter mon soutien du mieux que je pouvais, en espérant que cela nous rapprocherait ? J’avais opté pour la compassion (et la curiosité aussi, j’avoue), mais en fait AA ne m’a pas vraiment laissé le choix. Le premier weekend après sa rupture, elle m’a suivie partout, ressortant même ses rollers du fond de son placard pour m’accompagner dans ma séance d’exercice hebdomadaire ! Un soir elle m’a carrément appelée pour me demander avec insistance quand est-ce que je rentrais à la maison, alors que j’étais en train de diner chez une amie française !

Quelque part, ça me plaisait de jouer le bon samaritain, mais au bout d’un moment, j’ai commencé à silencieusement désapprouver cette attitude de martyre et à examiner plusieurs indices alarmants. AA n’a pas mis ses amis dans la confidence au pire de la crise (« qu’est-ce qu’ils vont penser de moi ? » me disait-elle, ma réponse, à l’évidence, « Si ce sont des vrais amis… »). De plus elle n’est apparemment pas assez proche de sa famille, ou trop pudique, pour partager ce genre de choses avec eux (mais avec moi, pas de soucis ?!). Elle a passé un nombre inimaginable d’heures très onéreuses (surtout pour une étudiante sans job) chez sa psy pour se faire conforter dans le fait que son mec était « emotionally unavailable », qu’il avait des « intimacy issues » (je déteste ce jargon que toutes les New Yorkaises utilisent à tour de bras pour expliquer le moindre problème de couple !). Comme dans une mauvaise comédie romantique hollywoodienne, elle m’a fait jeter le cadeau que son ex lui avait ramené du Mexique pour Noël. Ensuite, lorsqu’elle a voulu tenter un rabibochage avec le jeune homme, elle m’a fait écouter et réécouter et corriger et recorriger jusqu'à l’obsession et jusqu’au ridicule (même si dans ces moments là, je ne la jugeais pas, les peines de cœur arrivent à tout le monde) le message qu’elle comptait lui envoyer! Quand elle s’est rendue compte que cela n’allait pas marcher, elle lui a écrit une note pleine de rage (sans me demander mon aide cette fois, mais elle me l'a lue après coup)…

Finalement, au bout de plusieurs semaines, AA a quitté son spot préféré sur le canapé : là où elle avait accès à un stock illimité de mouchoirs, à la télécommande de la télé (on n’avait pas le câble, donc je peux vous dire qu’elle s’est enfilée des heures d’émissions et de pubs lobotomisantes), et à son téléphone (pour se faire livrer à manger). Quand elle n’a plus eu besoin de sa bouée de secours… moi, elle ne s’est pas donné la peine de s’intéresser à comment j’allais… moi. Elle s’est remise à ses études, monopolisant le salon (il est devenu son bureau, imprimerie, atelier de découpage/collage et occasionnellement studio photo!). Elle a abandonné toute forme de responsabilité domestique (ménage ou vaisselle), vivait comme un vampire (ses offices hours était de 4 heures de l’après-midi, après sa douche quotidienne interminable, jusqu'à 4 heures du matin), et ne me parlait pas, ou comme à un chien. En gros j’ai donné, mais je n’ai rien reçu en retour. Quand j’ai essayé de faire quelque chose pour retourner la situation, sans confrontation directe, et me réaffirmer dans mon espace de vie, il était trop tard. De façon incompréhensible, AA a continué à polluer l’ambiance qui régnait chez moi avec son hostilité, comme si elle m’en voulait de l’avoir vue si vulnérable.

La situation était presque intenable, mais je savais que si je mettais les choses sur la table, AA jouerait l’innocente. Je me plaignais sans cesse de ma colocataire Dr Jekyll et Mr Hyde auprès de mes amis New Yorkais, cependant je craignais encore plus de devoir me lancer à la recherche d’une nouvelle colocation avec des inconnus (voir chapitre 1 et 2). Finalement, mon dilemme se dénoua quand une amie me proposa de reprendre une chambre dans son appartement du West Village avec sa coloc américaine, à première vue normale, et un troisième locataire à sélectionner. Après hésitations (« c’est plus cher, je préfère le East Village, et si je ne me sens pas mieux dans la nouvelle coloc ? »), j’ai décidé que, même si ce n’était pas la solution parfaite (ça ne l’est jamais), je devais dégager de l’enfer de la cohabitation avec AA.

Le 1er mai, quand j’ai donné à AA mon mois de préavis, sa seule réaction a été de se plaindre qu’elle ait à chercher quelqu’un de nouveau (avec elle c’était toujours « me, me, me »). Ensuite elle s’est délestée complètement de toute forme de civilité à mon égard. Elle s’est rendue dans ma chambre en mon absence (et clairement elle n’y était permise sous aucune condition, other than fire emergency !), m’a menti éhontément (en soi, pour une broutille, mais ça en dit long sur notre rapport de confiance !). Elle a exigé que je sois absente quand elle a fait visiter ma chambre à des colocataires potentiels (bonus de la visite, elle a fait le ménage de tout l’appartement pour la première fois depuis que nous vivions ensemble !). Un des signes qui m’a fait comprendre que ça ne tournait pas tout à fait rond dans sa tête c’est quand je me suis rendue compte par hasard qu’elle m’avait enlevée de la liste ses amis sur Facebook, bien avant que je ne quitte les lieux. AA, la reine du passive agressive… et bravo la maturité à l’aube de ses 30 ans!

C’est difficile de vous expliquer à quel point cette situation m’a affectée. Tout se faisait insidieusement, une accumulation de petites choses insupportables. Pour moi, ma colocataire était devenue un monstre ! Traumatisée par la situation, j’ai presque été soulagée quand la bombe AA m’a explosée en pleine figure. C’était la preuve une bonne fois pour toutes que je n’étais pas paranoïaque et que cette fille avait un problème… (le fait qu’elle n’ait pas mis les pieds dehors entre février et mai, sauf pour aller en cours, y était peut-être pour quelque chose ?). Un soir, j’ai été réveillée à 4 heures du matin par AA qui claquait la porte de sa chambre à répétition, avec insistance, avec dédain, avec plaisir ? Impossible de me rendormir tellement j’étais choquée par tant de méchanceté gratuite. Le lendemain matin, je lui ai laissé un mot poli mais irrité, l’ai évitée en rentrant du travail, et me suis paisiblement endormie après avoir passé la soirée en bonne compagnie, à la recherche du meilleur rapport quantité/prix pour une frozen margarita dans le West Village.

A 4 heures du matin, même scénario que la veille. AA prenait son pied à me torturer, c’est moi qui vous le dis! Cette fois-ci je suis sortie immédiatement de ma chambre et ai interceptée la coupable entre deux claquements. Lorsque je l’ai confrontée, voici quelle a été sa réaction en VO : “What do I fucking care, why don’t you get used to it since you always make some noise, even when I told you five times not to”. Je tiens à préciser que sa perception du bruit doit être différente de la mienne : elle m’accusait MOI alors que tout ce que j’avais fait c’était de vivre dans notre appartement comme une personne normale et respectueuse, avec des horaires différents des siens. Mais AA était clairement le martyr puisqu’il m’était arrivé par le passé de la réveiller accidentellement à cause des VIBRATIONS des placards de la cuisine !!! Ce qui m’avait valu un avertissement désagréable de sa part, et la pose de  post-it de couleur rouge vif « quiet please » aux quatre coins de notre espace commun (no comment). Après qu’AA m’a aboyé la tirade ci-dessus à la figure, j’étais extrêmement choquée mais ne voulais pas en rester là, je voulais la forcer à se comporter comme une adulte ! Je me suis donnée cinq minutes pour me ressaisir et l’ai ré-interceptée quand elle est sortie de la salle de bain. Elle m’a accordé un charmant « I don’t want to talk to you » comme réponse, et m’a claqué (re-re-re-rebelote) la porte de sa chambre au nez pour me priver de toute forme de communication censée. Ce furent les dernières paroles que nous nous sommes échangées en personne.

J’ai réalisé cette nuit-là qu’AA avait développé un complexe de persécution et qu’il n’y avait plus rien à attendre d’elle. Il me restait 10 jours à survivre avec une fille qui avait pété les plombs (depuis un moment déjà apparemment !) et qui me traitait désormais comme la femme invisible, avec tout le mépris dont elle était capable. Je me suis donc mise en mode « commando » jusqu’à ce que je puisse m’installer officiellement dans mon nouveau chez moi : j’ai déménagé mes affaires qui avaient une valeur sentimentale ou financière, sauf mon ordinateur, dans mon futur salon ; j’ai fait un double des clés de chez AA en secret ; et je me suis installée chez une amie pendant qu’elle était en voyage d’affaire, God bless her !

Le  bras de fer psychologique allait commencer. AA avait toujours mon chèque de caution entre les mains, et donc un net avantage. Elle a daigné s’adresser à moi par écrit quand je lui ai envoyé un email à ce sujet, mais cela lui a pris quatre jours ! J’ai lu sa réponse avec stupeur. Voici comment elle présentait la situation : au 31 mai je devais laisser la chambre dans l’état où elle était quand j’y avais emménagé, les clés sur la table, et AA se proposait de m’envoyer mon chèque de caution par la poste quand elle recevrait la prochaine facture d’électricité et aurait fait la déduction (au milieu du mois suivant) !!! N’ayant absolument aucune confiance dans cette peste, il était pour moi inadmissible de me plier à ses conditions, d’autant plus qu’à mon emménagement elle m’avait fait signer un roommate agreement indiquant que je récupérais mon chèque au moment où je quitterais les lieux (laissés en bon état). Je lui ai laissé une note ferme disant qu’elle me devait ce chèque et que j’en laisserais un autre pour la facture d’électricité. Sa réponse finale était rédigée d’un ton particulièrement condescendant : elle me menaçait de changer la serrure si je ne déposais pas les clés en partant, précisant que le coût en serait déduit de mon chèque de caution que je recevrais plus tard (quand ça lui chante ?). Son email se terminait aussi sèchement qu’il avait commencé : « Do not leave me any more notes or emails I am not going to discuss this any further », me privant ainsi encore une fois de toute forme de communication. Malheureusement je n’étais pas en position de force, ou même de négociation et, comme je souhaitais continuer à me comporter comme une personne civilisée (évidement, j’aurais pu piquer son ordinateur !), le montant d’un mois de loyer qui me revenait de droit était « pris en otage ».

A ce niveau là de chantage, je n’avais plus aucun choix. J’étais en colère et humiliée, mais tout ce qu’il me restait à faire c’était suivre ses stupides règles et ne donner à AA AUCUNE excuse pour déduire un centime de plus de mon chèque de caution (tout en rêvant à des scénarios de vengeance diverses et variés, une façon comme une autre de se soulager !). J’étais donc plus que jamais en mode commando, mais le moral des troupes (enfin mon moral à moi quoi) a pris un coup quand j’ai réalisé que… le blu-tack américain que j'avais utilisé généreusement (qui pour info est vraiment bleu, et pas jaune ou blanc comme en France) avait laissé des traces de gras irréversibles un peu partout sur les murs de ma chambre. C’est sur cette réalisation déprimante que le weekend du 31 mai, le weekend de mon déménagement, est enfin arrivé. Aux Etats-Unis, il s’agit d’un weekend prolongé (« Memorial day » est férié). La canicule estivale était déjà au rendez-vous et toutes les New Yorkaises avaient sorti leurs plus beaux, pardon leurs plus courts, atours… Quand à moi, j’ai passé le weekend en « bleu de travail », et en solitaire, tous mes amis d’ici étant en vadrouille à droite à gauche pour le long weekend.

Day One, samedi : J’ai fini de tout empaqueter ; fini de retirer le blu-tack de mes murs désormais nus mais toujours sales (cela m’a quand même pris des heures !) ; ai tenté en vain de faire disparaitre les traces restantes avec l’éponge magique de Mr. Propre (vraiment magique pour tout, sauf pour ça…) ; ai continué les allers-retours entre mes trois appartements (l’ancien, le nouveau et celui de mon amie en voyage) parfois en métro, parfois en taxi, mais toujours avec des sacs aux bras.

Day Two, dimanche : Merci mon Américain ! Même à distance, mon boyfriend a carrément assuré ! Il m’a envoyé son frère, avec voiture et ami, pour m’aider à déménager mes derniers gros sacs et meubles (mon fameux lit Ikea qui ne voulait pas se laisser démonter, comme si je n’avais pas assez de Krisprolls sur la planche !). Après deux voyages et je ne sais pas combien de fois quatre étages à descendre (et surtout à monter) dans chaque immeuble, et après beaucoup de claquements de porte « accidentels » (petit retour de bâton car, à onze heures du matin, AA roupillait toujours bien sûr), ma chambre était entièrement vide. Soulagement certain, mais de courte durée, que faire pour sauver les murs et mon chèque de caution ? Sachant que je n’avais rien à attendre de la propriétaire de l’appartement (une veille fouine malpolie) en ce qui concernait la re-peinture de ma chambre, je me suis laissée convaincre par mon Américain que j’étais parfaitement capable de rafraichir mes murs moi-même ! Sans prendre le temps de défaire mes sacs ou de remonter mon lit, je suis retournée à l'appartement de mon amie pour me doucher et déjeuner, et me suis dirigée dans la foulée vers le Mr. Bricolage américain ! J’ai peint tout l’après-midi… La journée a été épuisante, et épatante ! Je sais peindre !!! On ne devrait jamais sous-estimer les joies du travail manuel intensif…

Day Three, lundi : J’ai fini la peinture de ma chambre le matin. Une fois tous les murs secs,  je suis retournée pour la dernière fois dans mon appartement du East Village afin de m’occuper des ultimes détails (désinstaller l’atelier peinture de pro, aspirer, dépoussiérer les plaintes, vider les poubelles…). J’ai laissé la pièce dans un état sublime, avec les clés sur la table de la cuisine…. Il ne me restait plus qu’à essayer d’oublier l’angoisse et la rage que cette colocataire vicieuse avait provoquées en moi.

Trois semaines plus tard, après des emails et des coups de fils laissés sans réponse à AA, je la menace de sanctions légales. Le lendemain je reçois ENFIN par la poste mon chèque de caution. THE END"

[Retour au présent]

Rétrospective "Sleeping with the Enemy (enfin pas dans la même chambre)" 
Dr. Jekyll and Mr. Hyde (Rouben Mamoulian, 1931)
Sleeping with the Enemy (Joseph Ruben, 1991)  
Single White Female (Barbet Schroeder, 1992)
The Joy Luck Club (Wayne Wang, 1993)

jeudi 3 février 2011

Comment trouver un appartement à New York? Dos and Don'ts... Chapitre 2

Chers tous,

Je vais devoir ENCORE déménager. Bientôt. Dans quelques mois, pour être précise. Oui je sais, cela me laisse du temps, mais trouver une colocation à New York est un nightmare et l'angoisse commence déjà à monter.

Permettez-moi donc ici de faire un petit détour par le passé afin de publier un Guide Pratique de la Colocation à New York (le GPCNY!)"  

Chapitre 1: Je cherche, donc je suis. (A lire ici)

Chapitre 2: Clash culture

Mes amis de plus longue date s'en souviendront... Ma première colocataire à New York était une jeune femme bulgare, avec qui je partageais un petit appartement deux-pièces (oui vous avez bien lu, je sous-louais le salon, qui était lui-même rattaché à la cuisine et mon lit donnait directement sur la porte d’entrée!). Ensuite j'ai vécu avec deux Japonaises dans le Queens, dans un appartement avec un grand salon tout vide et déprimant... Ces expériences ont été riches en échanges culturels, mais aussi en clashes divers et variés. En relisant le récit que j'en avais fait à l’époque, je réalise à quel point les esprits s’échauffent vite quand le bon fonctionnement de la vie commune s'enraille... Croyez-moi, j'essaye d'en tirer les leçons encore aujourd'hui, et en attendant d'atteindre le nirvana de la colocation à New York, j’espère que ces reminiscences vous feront sourire!

Round 1: Marion vs la Bulgare 

[Flashback Hiver 2008]  Échauffement 
"Ma coloc MB commence à inventer des règles de vie absurdes à l’approche de l’hiver. En gros, elle débarque un soir en me disant que quand il fera froid et que l’on mettra le chauffage en marche, il ne faudra absolument pas que le fauteuil situé à côté de mon lit soit en contact avec le radiateur, sinon cela pourrait l’abîmer. Pas de problème, je propose qu’on change le fauteuil de place pour ne prendre aucun risque…le mettre à la place de la table cassée depuis cet été qui ne sert à rien par exemple ! Mais MB ne veut pas bouger le fauteuil de place. Afin qu’il reste à bonne distance du chauffage, cela signifierait bouger mon lit, et cela bloquerait l’accès à mon placard (à peu près le seul espace vital dont je dispose). Je lui explique donc ce problème calmement et là, j’adore la réponse de MB: « Yes but do you really need to access your stuff every day ? » !!!!"

[Flashback Janvier 2009] K.O
"Je dois vous révéler la véritable raison de mon déménagement… En revenant un soir à la maison, j’ai pété un méga plomb toute seule à cause de ma coloc MB. C’est pas trop tôt me diront certains ! Je m’explique… Pour Noël, j’ai eu des tonnes de chocolats (merci mon Américain et ma famille en France!), soit deux grosses boites bien remplies, trop pour moi toute seule, mais ce n’est pas la question. Lorsque MB revient de ses vacances en Bulgarie, je lui propose donc gentiment de se servir dans mes cadeaux. 48 heures plus tard, je dis bien 48 heures plus tard, je rentre du boulot, j’ouvre la première boite, celle de la chocolaterie La Chaumière de Bretagne (c’est important tous ces détails pour que vous puissiez bien reconstituer la scène : ), elle a été vidée par MB, littéralement !!! Il devait bien y avoir plus de 20 chocolats avant le carnage, il en reste désormais moins de 5. Je suis complètement ahurie par tant de gloutonnerie et de malpolitesse condensées en un laps de temps si court : même si par mystère MB avait crû comprendre que je lui suggérais dans un élan de générosité inédit de manger TOUS mes cadeaux, des chocolats de luxe ça se savoure !!! Je passe à la deuxième boite, là ma coloc a fait un peu plus la fine bouche, disons qu’au lieu de vider les 3/4 du contenu, elle s’est contentée des 2/3… Je rage à voix haute dans l’appartement pendant un bon moment, mais ne dis rien quand MB revient, ni quand elle se vante d’avoir perdu « one pound » (who cares ? One pound c’est un demi-kilo, on ne perd pas un demi-kilo, on a juste fait pipi avant d’aller sur la balance…) alors qu’elle n’a fait que manger de la salade et des chocolats pendant deux jours, no comment ! Je suis TRÈS froide avec elle pendant quelques temps, puis décide d’utiliser au max tous ses shampoings hors de prix jusqu’à mon départ, et si elle s’avise de vouloir retenir une partie de ma caution…

Quelques jours plus tard, la conclusion finale la saga-chocolats ! D’abord, après avoir fini les trois pauvres morceaux qui me restaient après le carnage, je jette la boite à la poubelle mais, à ma grande surprise, peu de temps après je me rends compte que MB l’avais repêchée et mise en valeur sur le frigo comme si elle voulait la garder en souvenir, so weird ! Je ne comprends pas trop pourquoi elle a fait ça mais je m’empresse de planquer la boite, je ne veux même pas la laisser à ma coloc goinfre en souvenir!

Quelques jours plus tard, je casse un verre, a very unfortunate move ! Après les faits, MB s’exclame de façon faussement innocente « Mais où sont passés tous mes verres ? »… Je dois donc avouer ce qu’elle sait déjà, et aussitôt elle me demande « C’est bien le troisième que tu casses hein ? » WTF ? Elle tient les comptes depuis le mois de juin ! Je sens que ça va être retenu sur ma caution et me prépare donc à riposter avec les chocolats. Le jour J, elle m’annonce donc comme prévu qu’elle veut garder 15 dollars pour les verres (je m’en fou mais sur le principe ça m’énerve, surtout qu’en sous-location il n’y a jamais aucune règles, donc elle peut faire ce qu’elle veut). Je lui fais remarquer qu’elle aussi me doit de l’argent, étant donné qu’elle a mangé mes deux boites de chocolats raffinés, alors que je lui avais simplement poliment proposé de les goûter. Voilà sa réponse, de très mauvaise foi, si je peux me permettre. D’abord : « Mais j’avais compris que tu m’avais dit que je pouvais tout manger ! » (right, je ne suis pas folle non plus, bien sur que je n’ai jamais dit ça et mon anglais est assez clair depuis le temps que je vis ici !). J'enfonce le clou en lui disant que je ne lui avais certainement pas donné l’autorisation de tout manger et que ça m’a beaucoup choquée qu’elle se permette de se jeter dessus en deux jours alors que c’était des cadeaux à savourer ! Ensuite sa défense complètement incohérente : elle m'explique qu'en Bulgarie pendant les vacances de Noël, elle mangeait des chocolats tous les jours et n’a pas pris de poids donc elle en a déduit que le chocolat ne la faisait pas grossir ?!?!?! Elle ajoute que mes chocolats n’étaient même pas si bons ?!?!?! Et finit en m’accusant d’être complètement ridicule et méchante et de la traiter de gloutonne (je l’ai pensé très fort c’est vrai, pig !) 

Conclusion : je lui dis que visiblement on n’est pas sur la même longueur d’onde sur le sujet et que ça ne sert à rien d’en parler plus longtemps…que je voulais simplement vider mon sac (I coined the English equivalent, to empty one’s bag : ) Ensuite je me retire le plus dignement possible de l'appartement pour aller au cinéma voir Robert De Niro dans le rôle d’un prêtre ! Je n'ai pas parlé à MB après ça jusqu'à mon départ (elle était à la messe ce dimanche matin là, sans doute quelque chose à confesser!). Elle a simplement laissé une enveloppe avec mon argent de caution moins 20 dollars et un mot qui me faisait passer pour the bad guy, la coloc indigne etc. THE END"

Round 2: Marion vs la Japonaise

[Flashback début 2009]
"A partir du premier Février, mon nouveau chez moi, je le partagerai avec deux Japonaises, pas envahissantes à première vue (je n’en ai en fait vraiment rencontré qu’une, l’autre est apparemment souvent absente). Elles travaillent à Manhattan, l’une est designeuse de bijoux (diamants et tout le tralalala), l’autre est web designeuse. La première chose qui m'a frappée, c'est l’hyper modestie de MJ, la coloc qui m’a fait visiter : je n’ai pas pu voir la taille de sa chambre, car elle était trop embarrassée à cause du désordre (un bien grand mot, j'ai vérifié par moi même plus tard...)! Et elle refuse de me dire son âge !!! Par contre, aucun problème pour m’annoncer qu’elle souhaite se marier bientôt (enfin, elle est encore célibataire pour l’instant, mais vu son métier, pas de problème pour la bague : ). Et j’allais presque oublier mon troisième coloc, un chat ! Le salon et la cuisine sont gigantesques comparés à chez MB et, surtout, j’ai une vraie chambre, avec une vraie porte ! Je pense que ça ne va pas être une coloc fusionnelle comme celles que j’ai pu connaître en France...

Mais on discute un peu de temps en temps. Un soir je tombe sur ma coloc japonaise MJ qui me demande si je compte fêter Pâques (à la catholique) ce weekend là. Lorsque je lui retourne la question, elle m’annonce que Pâques ça n’existe pas au Japon, quand je lui demande quelles dates ils célèbrent, sa réponse me laisse quelque peu perplexe : Noël et… la St Valentin !

J’ai d'autres anecdotes sur mes nouvelles colocataires. Toutes les deux Japonaises, mais la seconde me paraît plus moderne et plus « américanisée » (comprendre qu’elle reste très longtemps dans la salle de bain !). La première, MJ donc, c’est celle qui rigole tout le temps quand elle est gênée…hi hi hi. Mais elle a un côté moins drôle aussi, par exemple elle veut que les plaques de la cuisine soient toujours impeccables, ne veut pas que j’utilise son mug Minnie Mouse, et refuse que j’étende ma lessive-main dans le salon (mais alors à quoi il sert notre grand salon vide ?!)… parce que mes dessous Princesse Tam Tam pourraient offenser ses amis de passage ! Je peux comprendre tout ça, mais elle a juste une drôle de façon de demander (we are lost in translation I guess). Comme on dit ici, whatever…"

[Retour au présent] 

Chapitre 3: Sleeping with the Enemy (enfin pas dans la même chambre). (A lire ici)

Rétrospective "Clash culture":  
Merci Pour le Chocolat (Claude Chabrol, 2000) 
Lost in Translation (Sofia Coppola, 2003)